Cinestill 800T, une invitation à la photographie en basse lumière

Il y a encore trois ans, je n’avais jamais entendu parler des films Cinestill, mais quand le film Cinestill 800T est sorti en 135, quelle découverte !

C’etait tout ce dont j’avais toujours révé sans oser le demander. Un film haute sensibilité couleur, que l’on pouvait pousser à sa guise jusqu’à 3 stops. Que demander de plus ! Ni une ni deux, me voilà à commander directement sur le net les premières capsules disponibles, je trépigne donc en plein hiver 2016, à guetter le facteur pour la livraison des précieuses bobines. Ce fut chose faite en février 2016.

J’avais entre temps beaucoup lu sur le net ce que l’on en disait.

Mais commençons par décrire ce qu’est exactement ce négatif. Issu de la famille de films de cinéma Kodak, la société Cinestill préconise un developpement avec le procédé C-41 plutôt que le traditionnel processus des négatifs «Eastman Color».  Cinestill a enlevé la couche anti-halo plus connue sous le nom de «Remjet». A cause du retrait de cette fine protection, le film apporte un effet un peu plus brillant, mais au prix parfois de quelques surprises, comme des arcs lumineux, quand une lumière parasite ou trop puissante se place devant votre objectif ( Voir ci dessous ) .

 

Minox GTE – 35mm – CineStill 800T pushed 2 stops

Minox GTE – 35mm – CineStill 800T pushed 2 stops

Minox GTE – 35mm – CineStill 800T pushed 2 stops

Minox GTE – 35mm – CineStill 800T pushed 2 stops

Le film Cinestill 800Tungsten Xpro C-41 ( Son petit nom est 800T) est basé sur le film Vision 3 5219 de Kodak, un film utilisé dans l’industrie cinématographique.  Depuis 2012 Cinestill avait mis en place un programme beta pour quelques happy few. Normalement dès le depart ce film devait être à 500 ISO, mais son usage avec le procédé de developpement C-41 a permis de lui rendre une valeur nominale de 800 ISO.

En 135, les premières bobines 36 poses arrivent en 2016, suivie fin 2017 par la version en 120 pour les appareils photos moyen format.

Bien évidement je l’utilise en 120 et en 135, et quel bonheur. En voici la principale raison, un rendu très froid dans les couleurs ( Balance des blancs pour les puristes ). Et surtout une réelle latitude pour pousser le film.

A noter d’ailleurs que contrairement à nos habitudes, il ne suffit pas de doubler la valeur nominale pour pousser de 1 ou 2 stops. Il faut suivre la recommandation de Cinestill à ce sujet.

La voici en anglais dans le texte :

 

Q: When should I push CineStill 800Tungsten?

A: We recommend push processing for anything over ISO 800. Treat this film as an ISO 800 speed film when processing in C-41 and push process whenever needed up to ISO 3200. Test it yourself and see how you like it exposed!

  • Recommended ISO and acceptable exposure for push processing:
  • ISO 800 – No push – EI 200-1000
  • ISO 1250 – 1 stop push – EI 800-1600
  • ISO 1600 – 2 stop push – EI 1250-2500 (added contrast)
  • ISO 3200 – 3 stop push – EI 1600-3200 (most contrast)

 

La FAQ est disponible

Tout est dit, pour arriver à 3200 ISOS, il faut pousser de trois stops (Et non deux comme on pourrait s’y attendre), et pour 1600 ISOS, il faut pousser de deux stops.

Bref une fois que l’on connait le truc, il ne reste plus qu’à tester et là vous aller voir c’est un vrai régal.

Et maintenant, on veut voir à quoi cela ressemble !

Voici une première série de photographie à 1600 ISOS, avec pêle-mêle du 120 ( Hasselblad 500 CM ) et du 135 ( Canon EOS 1V  / Minox GTE 35mm )

 

 

Alors, je ne vous mentais pas, c’est impressionant , même avec un simple Minox GTE 35mm dans le métro, il y a de quoi s’amuser non ?

Et en pleine lumière !

Eh là non malheureux, ce film n’est pas fait du tout pour les journées de grand beau temps, c’est même à éviter (Enfin de mon point de vue ), surtout avec une lumière crue. Par contre, au lever ou au couché du soleil, là le rendu est doux voire même soyeux.

Et le grain on en parle !

Oui des 800 ISOS il y a du grain, mais celui ci est doux et je le trouve fort délicieux. Il reste fin et contenu, il n’explose pas non plus quand on pousse le film. Je trouve que quelque soit la sensibilité utilisée, le film reste fort net, un bel avantage si on devait comparer ce film à de le film Kodak Portra 800, que pourtant j’adore, mais qui supporte beaucoup moins bien d’être poussé. Bref, ici, le grain est léger et surtout il est parfait pour des conditions en lumière tamisée. Vos portraits n’en seront que meilleurs.

Alors à 800 ISOS cela donne quoi, on peut voir !

Continuons notre exploration avec quelques photographies à leurs valeurs nominales ( 800 ISOS ). Toujours en patchwork de 120 et de 135.

 

 

Je ne sais pas pour vous , mais après presque trois années d’utliisation, j’adore et c’est toujours un film que j’ai dans mon fourre tout. J’aurais désormais du mal à m’en passer.

Où se fournir ?

Voici quelques adresses sur le net pour faire vos emplêtes et vous approvisionner

 

 

Quelques liens interessants sur ce film ci dessous :

Et aussi quelques vidéos :

Ne vous y trompez pas, une fois que vous aurez essayé, vous ne pourrez plus vous en passer !

Alors bonnes photos que ce soit en concert, tard le soir dans la rue, chez vous ou chez des amis en intérieur, faîtes vous plaisir et lachez vous, c’est de la création à l’etat pure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *